Bienvenue à Manon Brouillette, Conseillère exécutive

« Prenez régulièrement du recul. Évaluez vos risques, recalibrez la dynamique de votre équipe, revoyez votre boîte à outils et savourez chaque étape de l’aventure entrepreneuriale. »

Nous sommes ravis de vous présenter Manon Brouillette, qui se joint à Inovia à titre de conseillère exécutive. Dotée d’une vaste expérience dans les secteurs des télécommunications et de la technologie, Manon s’est démarquée grâce à son remarquable mandat en tant que cheffe de la direction de Verizon Consumer Group, ainsi qu’à sa carrière de 15 ans chez Vidéotron, qui a profondément transformé l’entreprise.

Ayant connu des débuts modestes dans une petite ville, Manon s’est hissée à des postes de direction dans des entreprises mondiales telles que Verizon. Sous sa direction, Verizon s’est aventuré dans le domaine de la 5G, en lançant des produits révolutionnaires, comme l’Internet résidentiel propulsé par le réseau 5G et la plateforme de divertissement +Play. Auparavant, chez Vidéotron, elle a été la force motrice du projet novateur de l’entreprise dans le marché du sans-fil et de la conceptualisation de la première plate-forme de vidéo sur demande canadienne, Club Illico. Son leadership a permis à Vidéotron de connaître une croissance massive et de devenir l’entreprise de télécommunications la plus admirée au Canada.

En plus de son parcours de dirigeante, Manon préside le conseil d’administration d’Hydro Québec et a influencé la gouvernance d’entreprise de géants de l’industrie tels que la Banque nationale du Canada, l’entreprise française de télécommunications SFR et Altice USA. Elle siège également aux conseils d’administration de Beauty For All Industry, basée en Californie, et de Lightspeed POS. Son leadership lui a valu de nombreuses récompenses, dont le très convoité prix Femmes d’Affaires du Québec, et elle a été nommée à deux reprises parmi les 100 femmes les plus influentes du Canada.

Grâce à son expérience diversifiée, Manon offre un riche éventail de connaissances aux entreprises du portefeuille d’Inovia. Nous avons récemment discuté de ses perspectives sur l’équilibre entre la carrière et la vie personnelle, sur la résilience et sur l’importance de se réinventer constamment. 

Vous avez eu une carrière impressionnante jusqu’à présent. Pouvez-vous citer les éléments dont vous êtes le plus fière ?

L’une de mes plus grandes fiertés est de faire partie d’une génération de femmes qui ont connu des carrières importantes sans sacrifier leur vie personnelle et familiale. Ce qui me tient le plus à cœur, c’est d’avoir réussi à trouver un équilibre entre ma carrière exigeante et les moments irremplaçables avec mon mari et mes enfants.

Je tire également une grande fierté de la façon dont je relève les défis. Constamment, je les confronte de face, créant ma propre voie et osant prendre des risques. Tout au long de mon parcours, j’ai non seulement amélioré mes compétences, mais j’ai aussi contribué à l’expansion de grandes organisations.

S’il y a une philosophie à laquelle j’adhère, c’est celle d’oser prendre des risques. C’est en sortant de notre zone de confort que nous grandissons véritablement. J’entrevois les obstacles comme des chapitres d’une histoire bien plus grande. Chaque initiative, peu importe où elle mène, apporte des leçons précieuses.

Dites-nous quelque chose que la plupart des gens ne savent peut-être pas sur vous.

La musique classique a joué un rôle déterminant dans la formation de mes premières années. Le violon et la clarinette n’étaient pas seulement des outils, ils faisaient partie intégrante de mon identité. Pendant deux décennies, de mon enfance à l’université, je me suis consacré à la formation classique.

Bien que j’aie depuis mis mes instruments de côté, l’écho de ces heures de pratique assidue persiste. Je me souviens des moments où mon père m’autorisait à regarder mes amis depuis notre balcon pendant que je pratiquais, pour que je reste connectée aux joies de la jeunesse.

Si les mélodies de mon passé me sont chères, ces séances de pratique intense m’ont également appris d’importantes leçons de vie, notamment la frontière ténue entre une passion sincère et une pression accablante.

Pouvez-vous nous parler de l’un des plus grands défis ou échecs duquel vous avez appris ?

Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai compris que la progression ne suit pas toujours un chemin linéaire. Après mon passage chez Vidéotron, je pensais que ma plus grande réussite professionnelle avait été de faire passer une entreprise de 700 millions de dollars de chiffre d’affaires à près de 4 milliards de dollars. C’est alors qu’est apparu l’immense défi de diriger la plus grande entreprise de télécommunications des États-Unis. Passer de la direction d’une entreprise de 4 milliards de dollars à naviguer dans les complexités d’un géant au chiffre d’affaires de 100 milliards de dollars a marqué un tournant dans ma carrière. Cela m’a permis d’élargir mes horizons et de me développer davantage, naviguant dans des eaux troubles face à une dynamique de marché hautement compétitive et une culture organisationnelle très différente.

Malgré ma grande fierté d’avoir relevé un défi aussi imposant, avoir le courage de reconnaître que plus grand ne signifiait pas mieux pour moi – et que je n’étais pas heureuse – a marqué une étape importante non seulement dans ma carrière, mais également dans ma vie. Cette expérience a mis en évidence l’importance primordiale de l’alignement. Parfois, le véritable défi et le succès résident dans l’identification des désalignements, la réévaluation de son parcours et le courage de s’aventurer dans de nouveaux territoires. Garder l’humilité et embrasser l’apprentissage dans chaque situation ont été des piliers essentiels pour moi.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu au cours de votre carrière ?

Il est difficile de ne choisir qu’un seul conseil, mais un thème récurrent tout au long de ma carrière a été l’immense valeur du mentorat. À différents stades, j’ai activement cherché des conseils face à des défis complexes pour maximiser mon potentiel. Surprenament, à mesure que ma carrière avançait, mes apprentissages évoluaient en fonction du défi à venir. Ce changement n’était pas arbitraire; il était basé sur des prises de conscience introspectives, des retours externes précieux et des choix délibérés.

L’amélioration de soi est un concept ne se termine jamais vraiment ; même dans des positions prestigieuses comme la présidence d’Hydro Québec, je prône continuellement l’excellence et la croissance.

Quelle est la question que vous souhaiteriez que l’on vous pose plus souvent ?

En tant que femme occupant des postes de direction, la conversation tourne souvent autour du syndrome de l’imposteur, particulièrement chez les femmes. J’aimerais que le dialogue se tourne davantage vers le fait que sortir de sa zone de confort peut parfois être inconfortable. Ce sentiment est tout à fait normal. Je crois fermement que se sentir mal à l’aise face à un défi de leadership ou professionnel signifie que vous êtes en train d’apprendre et de vous développer ! Cela n’a rien à voir avec le fait d’être un imposteur, mais plutôt avec la croissance personnelle.

Bien qu’il soit crucial de comprendre et d’aborder le syndrome de l’imposteur, il est extrêmement bénéfique de mettre de l’avant la prise de risques en dehors de sa zone de confort. Un tel changement dans la façon d’aborder les choses peut être puissant pour à la fois renforcer la confiance en soi et reconnaître les accomplissements, c’est le meilleur chemin vers le succès.

Qu’est-ce qui vous donne de l’énergie ? Comment prenez-vous soin de vous ?

La formation d’écosystèmes complexes et dynamiques me stimule. L’orchestration des bons talents, des bonnes stratégies et des bonnes ressources est une compétence que l’on peut développer tout au long de sa carrière et cela me fascine. J’aime le dynamisme des ajustements en temps réel et l’art de la négociation avec les parties prenantes. Bien que chaque entrepreneur commence avec une expertise, c’est la métamorphose d’un spécialiste en généraliste – élargissant sa perspective au-delà de sa compétence principale – qui me fascine vraiment. Cette évolution, qui englobe une vision plus large des personnes, des stratégies à long terme et des projets d’avenir, est cruciale pour un succès durable en leadership.

Entre autres, mon leadership a été influencé par deux livres : The Four Agreements et The Brand-Driven CEO. Le premier me sert de guide fondamental, soulignant la puissance de nos paroles et l’importance de comprendre les perceptions uniques de chacun. Tandis que le second reflète ma perspective sur les affaires, mettant l’accent sur la primauté de l’identité de marque et son alignement avec tous les aspects de votre entreprise. La culture de votre entreprise est la marque de votre entreprise, et vice versa. Une fois que vous l’avez compris, cela peut propulser le potentiel d’alignement entre les employés, les clients et les parties prenantes.

Finalement, l’activité physique régulière, que ce soit une course à l’extérieur ou au gym, est essentielle à mon bien-être. Elle agit comme un contrepoids à mes responsabilités de leader et favorise ma croissance personnelle. Courir m’offre un moment de réflexion, semblable à la méditation, apportant une clarté et un focus renouvelés.

Dans votre rôle à Inovia, quelles questions les fondateurs devraient-ils vous poser ?

Chez Inovia, je peux offrir aux fondateurs une vue panoramique des affaires, combinant une expertise spécialisée avec une supervision généraliste. J’ai géré des cycles de croissance et de transformation et, bien que cela puisse être énergisant et excitant, le chemin peut parfois être semé d’embûches. Si vous recherchez la clarté face aux obstacles, si vous avez besoin de conseils au niveau de la planification stratégique, si vous souhaitez affiner la dynamique de votre équipe ou si vous voulez comprendre les attentes des parties prenantes, je suis à votre disposition.

Avec le temps, j’ai développé un cadre de travail qui met l’accent sur la synergie des différents éléments d’une entreprise. Le véritable succès est une combinaison de l’alignement du produit, d’une vision long terme, de tactiques immédiates, de synergie d’équipe et de valeurs culturelles. Il y a une alchimie incroyable dans l’harmonisation de ces facettes. Même si votre expertise niche est précieuse, il est impératif d’adopter une vision plus large.

Voici une observation que je fais régulièrement : lorsqu’on est sur une trajectoire de croissance, la tentation est grande de vouloir trop en faire en raison de la confiance dans les compétences de votre organisation. Il est essentiel de trouver un équilibre entre l’ambition et le sens pratique. S’il est louable de viser haut, n’oubliez pas que votre équipe pourrait bénéficier d’objectifs échelonnés. Voyez cela comme une expédition sur l’Everest : vous ne vous concentrez pas uniquement sur le sommet. Vous établissez des stratégies pour les camps de base, l’acclimatation et l’adaptation. Tous les membres de l’équipe initiale n’atteindront peut-être pas le sommet, et ce n’est pas dramatique. Votre boîte à outils et votre équipe évolueront. Il ne sera peut-être pas possible de relever tous les défis avec vos ressources initiales.

Prenez régulièrement du recul. Évaluez vos risques, recalibrez la dynamique de votre équipe, revoyez votre boîte à outils et savourez chaque étape de l’aventure entrepreneuriale.

Y a-t-il quelque chose d’autre que vous aimeriez partager ?

Un état d’esprit sous-jacent, souvent subtil mais significativement influent dans nos vies professionnelles, est la fixation constante sur un objectif final. Beaucoup voient le succès comme l’atteinte de jalons sans apprécier le parcours, croyant que le succès et le bonheur se trouvent dans la réalisation d’une ou de plusieurs grandes étapes. D’après mes expériences, j’ai compris que ce n’est pas seulement la destination, mais le parcours lui-même qui a une valeur profonde.

Il est préoccupant d’observer que plusieurs reportent leur joie, attendant un «moment parfait» dans le futur. Bien que l’ambition et la détermination soient louables, baser son sentiment d’accomplissement uniquement sur de futurs succès peut être limitatif. Nous devrions chérir le moment présent, savourer les subtilités du quotidien et nous adapter au fur et à mesure que nous avançons.Voici une réflexion qui pourrait remettre en question la sagesse conventionnelle : il est acceptable de ne pas avoir d’objectif clairement défini. Adopter un esprit ouvert et nourrir une curiosité innée peut être libérateur. La vie a souvent une belle façon de se dévoiler lorsque nous nous accordons la liberté d’avancer sans limites contraignantes.

Vous souhaitez bénéficier de l’expertise de Manon? Contactez-nous!